Une coop d’aînés comble un manque de logements | Un chez-soi d'abord
Skip to main content
Transcription

(On entend de la musique)

0:05
(Texte à l’écran : Brandon, Manitoba, était en manqué de logements abordables pour les aînés.)
(Texte à l’écran : Pour combler le vide, un groupe d’aînés ont décidé de former une coopérative et de construire leur propre logement abordable.)

(Visuel : Texte sur découpages blancs montrant un travailleur de la construction marchant dans un immeuble non fini. Vue de l’extérieur de l’immeuble en construction. Ensuite, on voit un travailleur de la construction donner des directives. Le clip suivant montre l’immeuble terminé, un immeuble d’appartements de quatre étages.)

0:15 – John Faulkner, résident
Ça impressionne les gens, ce que nous avons fait.

(Visuel : Un homme âgé, John Faulkner, est interviewé devant des étagères pleines de livres. La vidéo fait un retour sur l’extérieur de l’immeuble et montre l’adresse, le 620 McDiarmid Place.)

0:20
Notre petite histoire – 20 personnes réunies dans une pièce qui se disent, « on aimerait construire un immeuble d’appartements » et finir avec ça à temps et respectant le budget. Et puis, 5 ans plus tard, 2105 s’en vient et sera encore mieux !

(Visuel : Plusieurs aînés, hommes et femmes, sont assis autour d’une longue table où ils prennent un café. Un homme âgé les sert. La vidéo fait un retour sur l’entrevue de M. Faulkner. Ensuite, une succession rapide d’images : une salle contenant une bibliothèque et un sofa, l’entrée principale de l’immeuble et un potager à l’extérieur. La vidéo revient ensuite à l’entrevue de M. Faulkner.)

0:40
(Texte à l’écran : Ça n’a pas toujours été facile)

(Visuel : Deux travailleurs de la construction, un homme et une femme, montrent du doigt l’immeuble en construction et se parlent.)

0:43 – Harvey Douglas, coordonateur de la construction
C'était un processus naturel que ces gens soient venus et aient dit, « oui, nous voulons participer à un projet comme celui-ci » et avec plus de 100 personnes sur cette liste, nous avons pu aller voir les représentants du gouvernement et de la ville de Brandon pour pouvoir refaire ce projet !

(Visuel : La vidéo fait un retour sur deux prises différentes des aînés attablés. Elle montre ensuite l’entrevue d’un homme âgé assis, Harvey Douglas. Un clip montre l’extérieur de l’immeuble à mi-chemin des travaux, puis l’intérieur, où deux travailleurs de la construction, un homme et une femme, montent à l’étage dans un escalier en construction et se parlent dans le corridor. La vidéo fait un retour sur l’entrevue de M. Douglas.)

1:03
(Texte à l’écran : Mais tout vallait la peine.)

(Visuel : Vue extérieure de l’immeuble terminé. Il y a un grand jardin de fleurs sur le côté.)

1:05 – Doug Grossart, résidente
C’est vraiment bien d’avoir son propre espace et de pouvoir sortir pour se rendre dans un espace communautaire. C’est l’une des meilleurs points de vente de ce type de bâtiment.

(Visuel : Un vieil homme, Doug Grossart, est interviewé pendant qu’il est assis sur un sofa. Un clip montre un couple qui marche le long de la table. La vidéo fait ensuite un retour sur l’entrevue de M. Grossart.)

1:19
(Texte à l’écran : Ils ont construit plus qu’un édifice)

(Visuel : Vue du terrain de stationnement à l’extérieur.)

1:22 – Catherine Enid Lochhead, résidente
Les choses qu’ils font ici et tout est unique. Vous avez toujours quelqu’un autour, vous n’êtes jamais seul et je l’apprécie beaucoup. Tout est là et tout est à votre disposition. Et si vous avez besoin d’aide, ils embauchent l’aide que vous avez besoin.

(Visuel : Une femme âgée, Catherine Enid Lochhead, est interviewée devant une bibliothèque. La vidéo retourne ensuite à la table des buveurs de café. Retour à l’entrevue de Mme Lochhead.)

1:42
(Texte à l’écran : Ils ont construit une communauté)
(Texte à l’écran : Ils ont construit un chez-soi)

(Visuel : Un vieil homme se sert un café au comptoir, à côté de la table. Clips d’une bibliothèque remplie d’objets divers et de photos. Retour à une table pleine de cadres contenant des photos des petits-enfants des résidents. Suivent ensuite des clips sur le jardin.)

1:53
Nous devons nous entendre pour aller de l'avant. Et si vous faites ça dans un endroit comme celui-ci, tout ira bien.

(Visuel : Entrevue de John Faulkner. Retour sur le groupe attablé, où un vieil homme sert du café aux autres résidents. La vidéo se termine sur un fond blanc.)

2:13
(Texte à l’écran : Nous pouvons tous contribuer à l’amélioration des résultats en matière de logement.)

(Visuel : Nous voyons les logos du gouvernement du Canada, de la SCHL, du Manitoba, de Twitter, de LinkedIn, de Facebook et de YouTube.)

Partagez cette histoire

30 novembre 2017

Des logements abordables pour les aînés, par les aînés

Un groupe d’aînés de Brandon, au Manitoba, a constaté un manque de logements abordables dans sa collectivité, alors il a décidé de les construire lui-même.

Connu sous le nom de Brandon Seniors for Seniors, le groupe a créé en 2009 la Western Manitoba Seniors Non-Profit Housing Co-operative. Leur première initiative a été le 620 McDiarmid Drive à Brandon. L’immeuble de 34 logements a été planifié et construit et est maintenant entièrement occupé.

« Les gens ont été époustouflés par ce que nous avons fait », a déclaré John Faulkner, l’un des quelques douzaines de membres de la coopérative.

Fort du succès du 620 McDiarmid, le groupe a entrepris l'aménagement de son deuxième ensemble de logements abordables. Les travaux de construction ont commencé plus tôt cette année au 2105 Brandon Avenue, un immeuble qui comptera 63 logements, soit 15 logements locatifs du marché combinés à 48 logements abordables.

« Tout s’est déroulé de façon naturelle avec ces gens, qui sont venus nous voir et nous ont dit "Nous voulons participer à un projet comme celui-ci" », explique Harvey Douglas, le coordonnateur de la construction.

Et le résultat – des logements pour les aînés, par les aînés – a été extrêmement positif.

Coopérative d’habitation sans but lucratif pour les aînés de l’Ouest du Manitoba – Phase 1

« C'est vraiment bien d'avoir son propre espace, mais on peut tout de même sortir et se retrouver dans un espace communautaire », explique Doug Grosad, un résident.

Une autre résidente, Katherine Enid Leheed, abonde dans le même sens. « Il y a des personnes tout autour de nous, nous ne sommes pas seuls. Ça me plaît beaucoup. »