Forum jeunesse : logement et Premières Nations | Un chez-soi d'abord
Skip to main content
Transcription

(Fond musical)

(Image : Panorama de Winnipeg, puis clip de voitures circulant sur le pont Provencher.)

(Texte à l’écran : Des jeunes des Premières Nations du se sont réunis pour discuter de solutions de logement pour leurs communautés.)

(Image : Deux personnes marchent dans un immeuble. On voit une bannière de la SCHL avec une photo d’une famille autochtone en arrière-plan.)

(Texte à l’écran : Winnipeg, Manitoba)

(Image : Deux jeunes adultes, un homme et une femme, signent des documents à une longue table dans un couloir du même immeuble. Une autre femme lit une brochure d’information. Deux femmes sont assises de l’autre côté de la table où elles organisent des documents. La vidéo montre en gros plan l’homme qui signe les documents. La prochaine prise de vue est une grande salle de conférence. De nombreuses personnes prennent place à des tables rondes et regardent à l’avant de la salle, où se trouvent deux écrans de projection. Vue panoramique de la salle.)

00:19
Je pense qu'il est vraiment important d'éduquer les jeunes sur cette question. Ils peuvent réellement prendre des mesures. Ils peuvent découvrir ce qui se passe. Ça peut m’aider à résoudre les problèmes dans ma communauté. C'est ma ville natale, bien sûr que je dois essayer d'aider d’une manière ou d’une autre.

(Texte à l’écran : Nicole Thomas)
(Texte à l’écran : Première Nation Kinonjeoshtegon)

(Image : Une femme, Nicole Thomas, apparaît en parlant. Elle fait face à la caméra pendant qu’elle est interviewée devant un mur vide. La vidéo montre ensuite en gros plan la salle de conférence, où plusieurs jeunes Autochtones rient et écrivent. La vidéo montre ensuite Nicole tenant un microphone qui parle à l’auditoire. Puis on revient à l’entrevue de Nicole qui finit de parler.)

00:35
Il y a beaucoup de problèmes que nous faisons face aujourd'hui que nos aînés n'ont pas eu à faire face dans le passé et il y a des problèmes qu’ils ont rencontrés que nous rencontrerons pas alors les deux générations doivent communiquer. Demander aux jeunes d'être impliqués est très important parce que nous sommes l'avenir.

(Image : La vidéo montre une différente table dans la salle de conférence à laquelle prennent place un plus grand nombre de personnes qui écrivent sur du papier devant elles. Puis paraît un gros plan d’un jeune homme portant des lunettes qui rit avec les autres personnes à sa table. La vidéo montre ensuite l’arrière de la tête d’un homme qui porte une casquette où est inscrit le logo « FIERTÉ AUTOCHTONE ».)

(Texte à l’écran : Amanda Shaw)
(Texte à l’écran : Membre hors réserve de la Première Nation Sagkeeng)

(Image : La vidéo montre une femme, Amanda Shaw, qui parle en entrevue. Elle regarde la caméra en se tenant devant un mur vide. La vidéo revient à la salle de conférence, où de jeunes femmes assises à une table travaillent ensemble sur un bout de papier devant elles. Puis la vidéo montre deux autres groupes de jeunes hommes et femmes qui travaillent tous ensemble et écrivent sur une longue feuille de papier devant eux. Nous voyons ensuite une femme sur un podium qui s’adresse à la salle, où toutes les personnes présentes la regardent.)

00:55
Ce qui se passe ici à Winnipeg, au Manitoba, doit prendre place à travers l'île de la Tortue.

(Image : La femme sur le podium, Roxanne Harper, parle au groupe. Sur la table à côté d’elle se trouvent des tasses. On voit derrière elle, projetée sur l’écran, une photo de quatre personnes portant un casque de construction et une veste.)

01:00
Les jeunes ne voient que des possibilités. C'est comme s'il n'y avait pas de limites à ce qu'ils pensent pouvoir accomplir.

(Texte à l’écran : Roxanne Harper)
(Texte à l’écran : Turtle Island Associates)

(Image : Roxanne est interviewée. Elle fait face à l’écran devant un mur vide. La vidéo montre ensuite un gros plan de son visage durant l’entrevue. Elle sourit lorsqu’elle parle. Puis la vidéo fond au blanc.)

(Texte à l’écran : Faites partie des solutions de logement. SCHL.ca/CommunitySuccess)

(La musique s’estompe.)

(Image : Le texte apparaît en fondu. Puis les logos du gouvernement du Canada, de la SCHL, de Twitter, de LinkedIn, de Facebook et de YouTube apparaissent ensemble en fondu.)

Partagez cette histoire

4 décembre 2017

Des jeunes des Premières Nations parlent logement

Plus de 60 jeunes des Premières Nations du Manitoba âgés de 15 à 30 ans se sont récemment réunis à Winnipeg pour parler des problèmes de logement dans leurs communautés et tenter de trouver des solutions à divers enjeux, de la pénurie de logements convenables et abordables à la réparation des habitations.

« Notre génération est aux prises avec de nombreux problèmes que nos aînés n’ont pas connus, et l’inverse est aussi vrai. Donc, on a vraiment des choses à se dire », explique Amanda Shaw, de la Première Nation de Sagkeeng.

Amanda, avec d’autres jeunes, a passé trois jours à assister à des conférences, à prendre part à des groupes de discussion et à réseauter.

Marlon Fisher, de la Première Nation de Bloodvein, ajoute : « Je me suis fait des amis et j’ai vécu des expériences dont j’aimerais faire profiter ma réserve. »

Le dernier jour, les participants ont discuté des progrès et des pratiques exemplaires de leurs communautés. Ils ont aussi exploré des concepts et des technologies nouveau genre qui pourraient permettre de mieux répondre aux besoins en matière de logement.

« On dit qu’il est facile de briser des brindilles individuellement, mais pas en faisceau. J’espère que la communauté saura s’unir pour former une branche solide », renchérit Marlon Fisher.

Pour Reg Linski, conférencier invité et gestionnaire d’habitations de la Première Nation de Pinaymootang, il est important d’associer les jeunes dans les conversations de fond. Pour lui, leur participation au débat entourant le logement se compare justement à la construction d’une maison.

« Si les fondations sont solides, la maison tiendra des années. »

Le Forum sur le logement à Winnipeg s’inscrivait dans une série d’évènements organisés par la SCHL pour faire participer les jeunes des Premières Nations aux discussions sur le logement. Les jeunes intéressés par une carrière dans le domaine peuvent se renseigner sur l’Initiative de stages en habitation pour les jeunes des Premières Nations et les jeunes Inuits (ISHJPNJI) de la SCHL. Cette initiative permet aux jeunes des Premières Nations et des communautés inuites d’acquérir une expérience de travail et de la formation en cours d’emploi.

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.