Des micromaisons dans la Nation Nuxalk | Un chez-soi d’abord
Skip to main content

Partagez cette histoire

14 mars 2018

Le nouveau visage du logement abordable à Bella Coola

« Il faut s’impliquer dans l’habitation », explique Jalissa Moody, adjointe à la gestion des actifs pour la Nation Nuxalk à Bella Coola (Colombie-Britannique). « Sans logements, il n’y a pas vraiment de communauté. »

Jalissa est la principale instigatrice du projet de micromaisons de sa communauté. L’ensemble innovateur et éconergétique offrira des logements locatifs abordables aux hommes célibataires qui sont sans-abri ou qui risquent de le devenir. Les quatre maisons de 338 pieds carrés sont équipées de panneaux solaires montés sur le toit et donnent accès à une buanderie et à un espace de rangement communs.

Le projet a vu le jour à la fin de 2016, quand Jalissa a proposé l’idée au conseil qui s’est montré enthousiaste. Elle a ensuite travaillé en étroite collaboration avec un architecte qui a fait le plan d’aménagement et les premiers dessins de conception. Les deux se sont assurés que tout était conforme au code.

« Nous utilisons réellement plusieurs principes de conception et nous construisons nos immeubles et nos maisons de manière adaptée à notre environnement », dit-elle fièrement.

Jalissa est une ancienne stagiaire de l’Initiative de stages en habitation pour les jeunes des Premières Nations et les jeunes Inuits. Auparavant, elle avait étudié le design d’intérieur, la conception et la construction de bâtiments durables, et elle avait un peu d’expérience en gestion de projets. Mais elle n’en connaissait que très peu sur les demandes de financement, la production de rapports et les aspects financiers de la gestion de l’habitation. Le programme de la SCHL lui a permis d’acquérir de l’expérience de travail et de la formation pratique.

« Le programme de stages m’a définitivement aidée à avoir une expérience plus complète dans les domaines de la construction, de l’habitation et du design » poursuit-elle. « Pour avoir du succès, l’éducation devrait toujours être la clé, et ce programme m’a assurément permis d’être mieux préparée au marché de l’emploi d’ici. »

Aujourd’hui, elle travaille en étroite collaboration avec le directeur des travaux et les ouvriers du projet de micromaisons. Elle s’occupe des tâches administratives quotidiennes liées au projet et contribue de manière cruciale à son succès. « C’est tellement excitant de voir ce qu’on a conçu prendre vie étape par étape », explique-t-elle. « Au début il n’y a qu’un lot vacant, puis viennent la fondation, le revêtement, les murs. »

Lorsqu’elle ne travaille pas au projet de micromaisons, Jalissa perçoit les dépôts pour les 35 logements locatifs et les 15 maisons sous la responsabilité de la Nation Nuxalk. Elle traite aussi les demandes de logement et aide à évaluer la demande de logement dans la communauté.

« On sait où sont les besoins », explique-t-elle. « On parle aux gens : ceux dont les enfants ont quitté la maison, les aînés, les gens seuls. Tout le monde veut son chez-soi, mais il faut trouver ce qui convient le mieux pour chaque situation. Dans certains cas, une chambre individuelle est plus appropriée qu’une maison de trois ou quatre chambres. »

Lorsqu’elle contemple son avenir, Jalissa croit qu’elle demeurera dans le secteur de l’habitation. « J’aime faire partie d’une équipe ici », dit-elle. « C’est incroyable et tellement gratifiant de voir qu’on construit littéralement notre nation. C’est un honneur de faire partie de ça. »

Jalissa a participé au programme de stages en 2016. Pour en savoir plus sur cette histoire, vous pouvez regarder cette vidéo sur Jalissa et le projet de micromaisons (en anglais seulement).

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.