Skip to main content

Partagez cette histoire

11 avril 2018

Des logements abordables au cœur de St. John’s

« Je vais marcher plus, affirme Madame Fordham, qui s’apprête à revenir vivre dans son ancien quartier. Je vais retrouver mon indépendance et j’aurai des journées mieux remplies. »

Ancienne résidente du centre-ville de St. John’s, à Terre-Neuve, Madame Fordham est une aînée active au regard vif. Elle a dû vendre sa maison quand les coûts croissants liés à la possession d’une habitation ont dépassé son revenu fixe. Elle s’est ensuite trouvé un appartement juste en dehors de la ville, mais n’a pu rester à cet endroit non plus.

« Il y a eu un incendie dans l’immeuble », raconte-t-elle à voix basse.

Elle a passé plus d’un an dans des logements temporaires en raison des dommages causés par la fumée et des réparations. Ça a été une période difficile pour Madame Fordham. Elle s’est ennuyée de ne pas avoir son espace bien à elle.

Elle fait actuellement chaque jour l’aller-retour d’une heure pour passer du temps dans le quartier où elle a vécu presque toute sa vie. Parfois, c’est pour faire des courses ou se rendre à un rendez-vous. Mais aujourd’hui, c’est pour aller marcher dans les sentiers bien aménagés et les rues du centre-ville.

Elle dit que les maisons en rangée aux couleurs vives et les parcs historiques lui rappellent de bons souvenirs. Les paysages et les odeurs du port lui font retrouver son sentiment d’appartenance.

« J’ai toujours aimé ce quartier. Oui, je l’adore », dit-elle.

Bientôt, elle sera de retour au bercail. Cet été, Madame Fordham emménagera dans un nouveau logement abordable au Cochrane Centre, situé au centre-ville.

Catherine French, gestionnaire du centre, a le même attachement que Madame Fordham pour St. John’s. « J’ai une réelle passion pour cette ville et pour la réalisation de choses positives », explique-t-elle.

« Je suis venue travailler ici parce que j’ai été témoin, dans des emplois précédents, des effets néfastes de mauvaises conditions de logement, dit-elle. J’ai constaté comment les gens ne peuvent aller de l’avant quand ils sont constamment à la recherche d’un logement. »

Catherine s’est jointe à l’équipe en juin 2017 pour diriger la transformation de la Cochrane Street United Church en entreprise sociale.

« L’annexe communautaire de l’église n’était pas utilisée de façon optimale, raconte-t-elle. Le Conseil s’est appliqué à la transformer en espace utile pour la collectivité, qui génère des revenus. »

Avec le Conseil d’administration, Catherine a axé ses efforts sur la création de logements abordable. Dix logements avec services de soutien sont disponibles depuis novembre 2017 et 5 logements locatifs pour aînés devraient être prêts en juin 2018.

Catherine examine aussi d’autres possibilités, comme la création de cuisines communautaires, l’offre de services de mieux-être et la location élargie de la cuisine commerciale. Il y a actuellement des ententes avec un boulanger et un boucher locaux, dont les points de vente se situent ailleurs. Grâce au modèle d’entreprise sociale, ils peuvent soutenir plus de petites entreprises locales.

« Mon rôle est de m’assurer que les gens sont bien et en sécurité, et que le centre est bien géré », indique Catherine.

Madame Fordham est impatiente de se joindre à la communauté dynamique du Cochrane Centre. Elle a aussi hâte de se réinstaller dans le secteur qu’elle connaît et qu’elle aime.

« C’est fantastique, dit-elle. Je rentre enfin chez moi. »

Ce projet a reçu du financement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement et de la Société d’habitation de Terre-Neuve-et-Labrador dans le cadre de l’Entente Canada–Terre-Neuve-et-Labrador concernant l’Investissement dans le logement abordable 2014-2019. La Société canadienne d'hypothèques et de logement a également fourni des fonds de démarrage.