Trifluvia aide ses résidents Trois-Rivières | Un chez-soi d'abord
Skip to main content

Partagez cette histoire

12 octobre 2018

Un chez-soi; un tremplin pour reprendre sa vie en mains

D’où la ville de Trois-Rivières, au Québec, tire-t-elle son nom? Du fait que la rivière Saint-Maurice rencontre plusieurs petites îles sur son parcours et se divise en trois affluents distincts avant de se jeter dans le majestueux fleuve Saint-Laurent. Surmonter les obstacles, c’est également ce que fait l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières, qui offre des logements sociaux. C’est notamment ce qu’a fait l’Office pour son plus récent ensemble de logements abordables, Trifluvia.

Trifluvia est un ensemble de 27 logements destinés à des personnes et à des familles qui font face à des difficultés, mais qui travaillent à se relever. C’est un lieu de transition où les locataires reprennent des forces et reconstruisent leur vie.

Linda, directrice, d’accompagnement social et location à l’Office municipal d’habitation de Trois-Rivières, travaille sur le projet depuis le début en collaboration avec l’équipe Trifluvia. Myriam est intervenante sociocommunautaire et Gaëtan est responsable de la supervision et tous les partenaires qui les accompagne et les encourage tout au long de leur parcours. « Chaque locataire potentiel est interviewé; nous évaluons sa motivation et son engagement à réaliser ses objectifs », explique Linda. Les candidats retenus élaborent un plan personnel pour les cinq prochaines années.

« Nous prenons le temps de nous occuper de chacun, explique Linda. Le partenariat est la clé, et nous faisons profondément confiance au potentiel de l’être humain. »

Jean Michel est diplômé en biochimie et vient du Cameroun. Il est arrivé au Canada avec 400 $ en poche et le désir d’une vie meilleure pour sa famille. Il s’est vite rendu compte que Montréal et Québec n’étaient pas des endroits abordables pour lui. Il a également constaté qu’il devrait poursuivre ses études pour réaliser ses rêves.

Jean Michel a entendu parler de Trifluvia, et le moment n’aurait pas pu être mieux choisi. Il a présenté une demande et a été soulagé d’apprendre qu’il était accepté.

« Trifluvia m’a permis de prendre en main ma nouvelle vie au Canada, explique Jean Michel. J’ai pu réunir ma famille et travailler à l’atteinte de mes objectifs d’études. Le fait de vivre ici a considérablement réduit mon niveau de stress. »

Deux ans après son installation à Trifluvia, Jean Michel a obtenu un baccalauréat en biologie médicale. Il s’oriente maintenant vers des études supérieures. Il a l’intention de quitter Trifluvia bientôt, car il espère pouvoir acheter une maison pour sa famille.

Cindy, une jeune artiste atteinte d’épilepsie, est une autre résidente de Trifluvia. Victime de violence familiale, elle est en voie de rétablissement. En raison des obstacles qu’elle a rencontrés, il a été difficile pour elle de conserver un emploi. Cindy a deux enfants qui ne vivent pas avec elle, mais qui lui rendent souvent visite. Elle a même aménagé une salle de jeux pour mieux les accueillir.

« Je suis fière de ce que je fais, de ce que je suis devenue. Je suis fière aussi de pouvoir partager mon logement et ma vie avec mes enfants, lance Cindy. Ils sont tout pour moi. »

Trifluvia a donné à Cindy l’occasion de poursuivre ses objectifs de carrière. Devenue vitrailliste, elle s’épanouit dans son domaine. Comme elle se sent beaucoup plus en sécurité et optimiste face à son avenir, elle envisage de quitter Trifluvia bientôt.

C’est un grand plaisir pour Linda de voir le chemin parcouru par Jean Michel et Cindy. Elle est fière également du rôle important joué par Trifluvia et ses employés dans leur parcours respectif.

« Nous leur donnons le coup de main dont tout le monde a besoin un jour dans sa vie », déclare Linda.

Cette initiative a été financée par la Société canadienne d’hypothèques et de logement et la Société d’habitation du Québec dans le cadre de l’Entente Canada-Québec concernant l’Investissement dans le logement abordable 2014-2019.

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.