L’architecture favorise la guérison | Un chez-soi d'abord
Skip to main content

Partagez cette histoire

3 mai 2019

L’architecture qui favorise la guérison

Les architectes ne sont généralement pas connus comme des professionnels qui interviennent auprès des personnes en crise. Mais Tom Emodi et ses collègues de TEAL Architects travaillent pour changer cela.

L’un de leurs plus récents ensembles résidentiels est New Bryony House, un centre d’hébergement d’urgence de 24 lits pour femmes et enfants fuyant la violence familiale à Dartmouth et à Halifax.

Tom a donc à l’esprit de savoir ce dont les femmes et les enfants qui fuient la violence familiale pourraient avoir besoin. « Comment améliorer leur expérience dans le centre d’hébergement et créer des espaces qui favorisent la guérison? »

Tout au long du processus de conception, TEAL a collaboré avec Maria MacIntosh, directrice générale de la Halifax Transition House Association. Ensemble, ils ont travaillé en étroite collaboration avec l’équipe et le conseil d’administration de Bryony House pour concevoir un nouveau centre d’hébergement à partir de zéro et avec un but précis.

« Il est important de créer des espaces sécuritaires qui favorisent l’autonomie et les liens entre les résidents », dit Maria. « Il est également important que les enfants et les jeunes disposent d’espaces sécuritaires qui favorisent le jeu et les liens entre les parents et les enfants. Cela favorise la guérison des femmes et des familles. »

L’équipe de TEAL a participé à des sessions « un jour dans la vie de » pour comprendre les besoins des femmes, des enfants et des opérations du point de vue du personnel.

« Il est essentiel de comprendre la relation entre l’individu et l’immeuble », explique Tom. « Les espaces doivent être confortables, faciles à comprendre et agréables à utiliser par des personnes d’origines culturelles différentes. »

À la fin du processus de consultation, leur mission était claire. Ils concevraient un sanctuaire pour la guérison.

Caroline Caskey, de TEAL, a élaboré le concept initial. En tant qu’architecte stagiaire, elle a tenté de minimiser son expérience en tant qu’infirmière, mais elle s’est vite rendu compte à quel point cette expérience était précieuse. Après tout, l’architecture a aussi le pouvoir de favoriser la guérison.

« On ne se contente pas de mettre la main dans une boîte de concepts et d’en retirer un », explique-t-elle.

Il a fallu un an pour trouver le terrain en forme de triangle. Sa position a permis d’obtenir un concept qui maximise la lumière naturelle du jour, chaque chambre à coucher recevant la lumière directe du soleil au moins une fois par jour. Les espaces communs orientés plein sud profitent également pleinement des vertus curatives du soleil.

Tout ce qui concerne l’immeuble répond aux besoins des clients. Une « cuisine de réchauffage » permet à une mère de préparer le lait pour son bébé sans interrompre la préparation des repas dans la cuisine principale.

La visibilité et la sécurité sont également essentielles pour les clients et le personnel. Les femmes et les enfants qui ont quitté une situation de violence familiale commencent également à guérir de multiples traumatismes. Il est important que les enfants puissent voir leur mère, et vice versa, tout en accomplissant les tâches quotidiennes comme la cuisine et le ménage.

Même les matériaux de finition ont un but. Le bois et les textures douces procurent une sensation simple, chaleureuse et accueillante.

« L’immeuble a été conçu avec l’ambition de remonter le moral des gens », explique Tom. « Tout ce que nous essayons de faire, c’est de rendre l’expérience plus légère pour tous. »

Le refuge New Bryony House est financé par le Fonds national de co-investissement, une initiative de la Stratégie nationale sur le logement (SNL).

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.