Loger ceux ayant une lésion cérébrale acquise | Un chez-soi d’abord
Skip to main content
Transcription

(On commence à entendre la musique.)

(Visuel : Vue panoramique d’une petite ville. On voit des cheminées au loin entre les collines. Les feuilles des arbres laissent entrevoir le célèbre Big Nickel de Sudbury.)

(Texte à l’écran : Sudbury (Ontario))

(Visuel : Panoramique sur la ville. Pendant que la caméra fait un panoramique, on peut voir les maisons le long des rues à travers les feuilles d’automne. Une voiture circule dans une rue résidentielle. La résidence des Vandeligt, une maison de plain-pied en brique rouge, apparaît. Un petit chien est couché sur le porche à l’arrière de la maison. Changement de séquence vers l’intérieur de la maison. On montre la chambre d’enfance de Ken. On voit quelques ours en peluche au-dessus d’un garde-robe. Un lit d’hôpital se trouve au milieu de la pièce. De nombreuses photos encadrées sont suspendues sur les murs de la chambre. Changement de séquence sur plusieurs vieilles photos de Ken, dont sa photo de remise de diplôme d’études secondaires, une photo de lui avec un groupe d’amis et une photo de lui sur une moto hors route.)

00:13
Voici la résidence des Vandeligt. Nous avons emménagé ici lorsque Ken avait trois mois. Il a aujourd’hui 39 ans. Nous sommes donc ici depuis longtemps. Le 14 août 2004, il est allé chez un ami pour une petite réunion amicale, puis il a emprunté le quatre-roues d’un autre ami pour aller faire un tour.

(Visuel : Joe-Ann Vandeligt, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans la chambre d’enfance de Ken.)

(Texte à l’écran : Joe-Ann Vandeligt, mère de Ken)

00:36
Voyant qu’il ne revenait pas, ses amis sont partis à sa recherche et ont découvert qu’il avait eu un accident. Il était inconscient. Nous ne savions pas ce qui allait se passer. Son état était jugé catastrophique.

(Visuel : On montre d’autres vieilles photos de Ken, y compris une photo de lui tenant deux poissons et une autre le montrant avec un trophée et une paire de skis dans une station de ski. Changement de séquence sur la photo d’un phare avec un message inspirant qui dit : Goals – A journey of a thousand miles begins with a single step [Objectifs – Un voyage de 1 000 lieues commence toujours par un premier pas].)

00:48
J’étais dévastée... Je ne savais pas quoi faire. L’organisation La Marche des dix sous est sans doute la rencontre la plus précieuse que j’ai faite à l’hôpital.
(Visuel : Joe-Ann Vandeligt, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans la chambre d’enfance de Ken.)

00:59
J’ai rencontré une personne qui a aussi rencontré Ken et qui m’a simplement demandé quels étaient nos besoins. Ils envisageaient de construire une maison pour les personnes aux prises avec des lésions cérébrales acquises.

(Visuel : Un panoramique montre la Wade Hampton House. Plan moyen de la porte d’entrée de la maison Wade Hampton House. La caméra parcourt lentement le couloir principal de l’établissement.)

01:09
Nous sommes un fournisseur de services qui vient en aide aux personnes ayant des lésions cérébrales acquises...

(Visuel : Deanna Chisholm-Tullio, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans l’aire commune de la Wade Hampton House.)

(Texte à l’écran : Deanna Chisholm-Tullio, directrice régionale, District du Nord-Est
La Marche des dix sous du Canada)

01:14
... depuis près de 25 ans ici, dans le Nord-Est. En fournissant nos services, nous avons réalisé...

(Visuel : On voit Ken se déplacer en fauteuil roulant dans les corridors de la Wade Hampton House. Changement de séquence sur la cuisine commune de l’établissement, où les employés discutent et préparent la nourriture. La caméra se déplace dans une salle de télévision accueillante avec des canapés confortables et une étagère remplie de DVD. Panoramique sur la zone de conditionnement physique de l’établissement.)

01:19
... que certaines des personnes qui avaient été dirigées vers nous avaient besoin d’un niveau de soutien plus élevé afin de bien vivre dans la communauté. Elles avaient donc besoin d’un milieu où le personnel serait présent 24 heures sur 24, mais où elles pourraient tout de même se concentrer sur leur réadaptation, ce qui leur permettrait de faire des progrès à la suite de leur blessure.

(Visuel : Changement de séquence sur Ken qui entre dans sa chambre à la Wade Hampton House. La caméra passe d’une série de plans rapprochés montrant divers objets dans la chambre de Ken, y compris un trophée affichant « Survivor Awards » [prix du survivant], une photo encadrée de voitures classiques et un modèle de motocyclette. On voit Ken au milieu de sa chambre, près de son lit. Changement de séquence vers un plan rapproché du calendrier de Ken. La chambre de Ken est pleine d’œuvres d’art et d’objets reliés aux voitures et aux tracteurs.)

01:37
La Wade Hampton House a ouvert ses portes le 5 août 2011. Ken a sa propre chambre. Il est encouragé à gérer lui-même ses soins. Il peut choisir son propre horaire, ses vêtements, ses sorties, ses repas...

(Visuel : Joe-Ann Vandeligt, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans la chambre d’enfance de Ken.)

01:55
Vous savez, il continue de faire des progrès, car ici, on fait tout pour qu’il n’abandonne pas.

(Visuel : Gros plan sur le visage de Ken alors qu’il regarde sa chambre.)

02:00
Le personnel travaille avec les résidents tous les jours.

(Visuel : Image rapprochée d’un schéma anatomique sur le mur de la salle de conditionnement physique de l’établissement. Ken entre dans la salle de conditionnement physique avec sa mère. Il commence un exercice de bras sur un appareil de conditionnement musculaire.)

02:03
Je pense que l’une des choses dont les membres du personnel sont le plus fiers, c’est d’être en mesure de travailler intensément avec une personne.

(Visuel : Deanna Chisholm-Tullio, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans l’aire commune de la Wade Hampton House.)

02:09
Je pense qu’en l’absence d’un environnement comme celui-ci, il est très difficile pour les personnes de voir leur plein potentiel.

(Visuel : On voit Ken qui regarde son iPad, assis dans l’aire commune de l’établissement. Sur l’iPad, on voit que Ken joue à un jeu vidéo de course automobile.)

02:14
Ken est un excellent exemple d’une personne très motivée et dotée d’une grande détermination. Il a une belle personnalité. Il s’intègre bien. Nous sommes chanceux de pouvoir travailler avec lui et de le compter parmi nous.

(Visuel : Ken et sa mère sont assis côte à côte dans l’aire commune de l’établissement. Ken commence à parler avec l’aide de sa mère.)

(Texte à l’écran : Ken Vandeligt, résident, Wade Hampton House)

02:25
Ken : J’aime quand le Wi-Fi est bon.
Joe-Ann : Il dit qu’il aime quand le Wi-Fi est bon. Ils ont eu certains problèmes cet été avant de changer de fournisseur. Ken est constamment sur son iPad. Mais qu’est-ce que tu aimes d’autre?
Ken : J’adore la nourriture.
Joe-Ann : Tu aimes la nourriture?
Ken : Oui. J’adore ça ici. J’aime... ma liberté.
Joe-Ann : Ta quoi? Ta liberté?
Ken : Oui. J’aime...
Joe-Ann : Tu aimes...
Ken : ... vivre ici.
Joe-Ann : ... vivre ici.

(Visuel : Joe-Ann Vandeligt, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans la chambre d’enfance de Ken.)

03:07
Il sait que les choses ne reviendront jamais comme elles étaient auparavant, et c’est quelque chose qu’il a accepté.

(Visuel : De vieilles photos de Ken sont accrochées au mur de sa chambre. Le cadre indique « BELIEVE » [croire]. Changement de séquence sur un plan rapproché des commandes du fauteuil roulant de Ken. Un gros plan montre le tatouage sur l’avant-bras de Ken indiquant « Never Surrender » [ne jamais abandonner], puis la caméra pivote lentement vers le haut pour révéler le visage joyeux de Ken qui regarde autour de lui.)

03:14
Il a accepté le fait qu’il a eu cet accident et il vit la vie au jour le jour. Il dit que c’est nous qui choisissons la vie que nous menons. Il est très positif. Je m’inquiète de ce qui arrivera à Ken s’il vit plus longtemps que moi.

(Visuel : Joe-Ann Vandeligt, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans la chambre d’enfance de Ken.)

03:29
Le fait qu’il soit là-bas est un soulagement, parce que je sais qu’on s’occupera de lui.

(Visuel : Le point focal de la caméra passe d’un ornement où on lit « HOPE » [espoir] en arrière-plan de la chambre de Ken vers le visage de Ken au premier plan. Changement de séquence vers un plan extérieur montrant la Wade Hampton House.)

03:26
Il ne sera pas laissé-pour-compte. Je suis vraiment reconnaissante envers La Marche des dix sous et la Wade Hampton House. C’est une bénédiction.

(Visuel : Deanna Chisholm-Tullio, la femme qui parle, apparaît à l’écran. Elle fait face à la caméra et est interviewée dans l’aire commune de la Wade Hampton House.)

03:44
Sans cet investissement dans le logement, nous n’aurions pas l’occasion...

(Visuel : Prise de vue en mouvement de l’extérieur du nouvel ensemble de logements construit à côté de la maison Wade Hampton House originale. Changement de séquence vers l’intérieur du nouvel ensemble en cours de construction. Panoramique sur l’aire commune du bâtiment. On montre une cuisine et une salle de bains adaptées dans l’un des logements autonomes. Changement de séquence sur une vue en grand-angle de Ken dans sa chambre. Son bras est levé de manière triomphale et il sourit et regarde autour de lui. L’image s’estompe lentement jusqu’au blanc tandis que du texte et des logos apparaissent.)

03:48
... de donner à ces personnes la possibilité de vivre dans la communauté et de continuer de travailler sur leurs objectifs de réadaptation. Ainsi, avec ce nouvel environnement, nous serons en mesure de soutenir 12 autres personnes qui vivent avec une lésion cérébrale complexe. Grâce à ce type d’environnement, nous pouvons aider les gens à atteindre le meilleur d’eux-mêmes au quotidien et à vivre bien.

(Texte à l’écran : #StratégieNationaleLogement, chezsoidabord.ca)
(La musique s’estompe.)
(Visuel : Le texte, le logo de la Stratégie nationale sur le logement, le logo du Gouvernement du Canada et le logo de la SCHL apparaissent ensemble. Fondu au blanc de tous les textes et logos.) 

Partagez cette histoire

6 janvier 2020

Loger plus de personnes ayant une lésion cérébrale acquise

La vie de Joe-Ann a changé à jamais le jour où son fils a eu un accident en VTT. Ken a failli perdre la vie. Il avait subi une lésion cérébrale catastrophique qui a provoqué un coma.

« J’étais dévastée, dit Joe-Ann. Nous ne savions pas ce qui allait se passer. Ken a passé beaucoup de temps à l’hôpital. »

Joe-Ann et sa famille ont attendu des semaines que Ken se réveille. Lorsqu’il l’a finalement fait, la longue et difficile route vers le rétablissement a commencé. Ken avait perdu le contrôle de bon nombre de ses fonctions motrices. Il a eu du mal à progresser pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’il emménage à la Wade Hampton House de La Marche des dix sous du Canada.

« La Marche des dix sous était probablement le meilleur contact que j’ai eu pendant que j’étais à l’hôpital », affirme Joe-Ann.

Elle attribue l’incroyable rétablissement de Ken au soutien qu’il a reçu dans sa nouvelle maison.

Joe-Ann explique : « Ken a sa propre chambre. On l’encourage à s’occuper lui-même de ses soins. Il continue de faire des progrès parce qu’on l’empêche d’abandonner. »

La Wade Hampton House offre un logement abordable avec services de soutien aux personnes ayant une lésion cérébrale acquise. Les services et le soutien offerts à temps plein par l’établissement répondent aux besoins variés des résidents.

« Nous pouvons constater que ce type de logement répond à un besoin », affirme Deanna Chisholm-Tullio, directrice régionale du district du Nord-Est de La Marche des dix sous du Canada. « Je pense que l’une des choses dont nous sommes le plus fiers, c’est d’être en mesure de travailler intensément avec une personne. Ken est un excellent exemple d’une personne très motivée et dotée d’une grande détermination. Nous sommes chanceux de pouvoir travailler avec lui et de le compter parmi nous. »

Un agrandissement attendu depuis longtemps permettra maintenant à l’organisme d’aider 12 autres personnes ayant une lésion cérébrale complexe.

Il y aura six chambres avec un espace partagé où l’on offrira des services de soutien et six appartements d’une chambre pour les résidents qui peuvent vivre de façon plus autonome.

Les services offerts sur place viseront à aider les résidents à retrouver leurs facultés et à apprendre de nouvelles choses. L’environnement ouvert avec services de soutien de l’établissement aidera les résidents à s’intégrer à une nouvelle communauté.

« Il est important d’offrir la meilleure qualité de vie possible aux personnes handicapées, affirme Deanna. L’investissement dans le logement est essentiel. »

L’agrandissement de la Wade Hampton House est financé par une initiative de la Stratégie nationale sur le logement : le Fonds national de co-investissement pour le logement.

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.