Les résidents de Storeys, à Richmond, racontent leur histoire | Un chez-soi d'abord
Skip to main content
Transcription

(MUSIQUE)

(Image: Le soleil brille sur l’extérieur de Storeys Tower)

Howard: Storeys Tower, à Richmond, est un complexe résidentiel et commercial.

(Image : Howard Blank, assis à un pupitre, entrevue.)

(Image : Howard Blank
Porte-parole de Storeys)

Howard : Ce complexe répond aux besoins de différents organismes qui se consacrent à des gens aux prises avec une multitude de problèmes et leur offrent un chez-soi – ce qui a cruellement manqué à plusieurs d’entre eux pendant de nombreuses années…

(Image : L’extérieur de Storeys Tower, le soleil brille sur la tour.)
(Image : Howard Blank assis à un pupitre, entrevue.)

Howard : … que ce soit par malchance ou pour des raisons de toxicomanie ou encore de problèmes de santé mentale ou physique. Ces gens peuvent ve nir ici et payer un loyer juste et équitable basé sur leur revenu.

(Image : L’extérieur de Storeys Tower, différentes vues, le soleil brille sur la tour.)

Howard : Ils peuvent continuer à vaquer à leurs occupations et redonner à la société autrement .

(Image : Howard Blank assis à un pupitre, entrevue.)

Howard : On peut redonner à la société de trois façons  : par le temps, le talent et l’argent. Si vous n’avez pas d’argent, vous avez certainement du temps et du talent. Et c’est ce que fait Storeys en disant, c’est correct, nous allons vous aider pour ce qui est de l’argent, mais êtes-vous prêts à nous rembourser par votre temps et votre talent? Et les gens sont tellement reconnaissants que notre communauté est sensationnelle!

(Image : Levena G. assise à une table près de la fenêtre, entrevue)

(Image : Lovena G.
Résidente Tikva Housing Society)

Lovena : Actuellement, je possède un commerce. Je gère un restaurant au centre-ville qui jouit apparemment d’un grand succès.

(Image : Lovena caresse un chat calico.)
(Image : Levena G. assise à une table près de la fenêtre, entrevue)

Lovena : Nous travaillons fort, soit douze heures par jour, mais nous ne gagnons pas encore assez d’argent pour soutenir notre famille.

(Image : Karim J. est assis devant des tablettes de livres d’une bibliothèque, entrevue.)

(Image : Karim J.
Résident Pathways Club house)

Karim : Même si j’avais un emploi à temps plein, je serais seulement payé au salaire minimum et je ne pense pas que j’aurais les moyens de me louer un appartement standard ici à Richmond, même pas un studio.

(Image : Karim J. marche le long d’un sentier à l’extérieur de l’immeuble, devant un jardin.)

Karim : Je vivais avant dans un refuge pour sans-abri, alors je suis arrivé ici a vec rien.

(Image : Karim J. est assis devant des tablettes de livres d’une bibliothèque, entrevue.)

Karim : Aucun ami, rejeté par la famille , pas d’emploi, pas d’argent, rien.

(Visual : Adam N. assis at une table devant une fenêtre, une vue de la ville ci-dessous, entrevue.)

(Image : Adam N.
Résident S.U.C.C.E.S.S.)

Adam : Lorsque je paie un plus gros loyer, il ne me reste pas grand-chose pour acheter de la nourriture.

(Image : En gros plan un drapeau canadien sur une table)
(Image : Une rangée de chapeaux sur une tablette avec des mots sur le bord des chapeaux, le plus proche indique «  paix » .)

Adam : Mais maintenant, j’ ai plus d’argent pour la nourriture parce que mon loyer est plus bas.

(Visual : Adam N. assis at une table devant une fenêtre, une vue de la ville ci-dessous, entrevue.)

Adam : Ce n’est pas un luxe, c’est une nécessité parce que je dois bien manger . Non ? Pour rester en vie ! J’ai plus de 80 ans.

(Image : Le soleil brille et reflète l’extérieur de Storeys Tower.)
(Image : Des rangées d’affiches illustrent les différents groupes et services disponibles aux résidents.)

Howard : Les gens ont non seulement un toit sur la tête , mais ont aussi accès à des services d’orientation et des programmes.

(Image : Howard Blank assis à un pupitre, entrevue)

Howard : Il y a également le Café Storeys, où ils peuvent apprendre un métier dans le secteur de l’alimentation et des boissons.

(Image : Une affiche blanche avec une liste de noms de personnes démontrant les stages disponibles ainsi que les détails.

Howard : Il y a plusieurs possibilités et c’est la clé.

(Image : Howard Blank assis à un pupitre, entrevue)

Howard : En réalité, il faut une combinaison de préparation et d’opportunités pour avoir du succès, et c’est ce que nous offrons dans le superbe ensemble d’habitations Storeys.

(Image : Draigh C. dans un café, devant le comptoir, entrevue)

(Image : Draigh C.
Résident, Turning Point Recovery Society)

Draigh : C’est vraiment difficile de trouver un lieu sécuritaire, sans drogues. Au début d’une cure de désintoxication, la moindre chose peut entraîner une rechute.

(Image : Draigh en vélo sur le trottoir, loin de la tour, passant un chantier.

Draigh : Si on peut éviter d’être en contact avec ces déclencheurs, on a plus de force pour se rétablir.

(Image : Draigh C. dans un café, devant le comptoir, entrevue)

Draigh : Et c’est ce que nous offre Storeys.

(Image : Howard Blank assis à un bureau, entrevue.)
(Image : L’extérieur de Storeys Tower, le soleil reflète l’immeuble)

Howard : La chose la plus importante, c’est l’encadrement . Cet immeuble et ce commerce fournissent aux gens un encadrement,

(Image : Howard Blank assis à un bureau, entrevue.)

Howard : … ce qui leur permet d’avancer et de cheminer vers l es prochaines étapes.

(Image : Levena G. assise à une table près de la fenêtre, entrevue)

Lovena : J’ai gagné à la loterie. (Elle rit.)

(Image : Une table et des chaises sur un balcon, un vue de la ville au loin.)
(Image : Une prise de la cuisine de l’appartement.)

Lovena : La vue est très belle à l’extérieur, et c’est très beau à l’intérieur.

(Image : Lovena est debout à la fenêtre et ouvre les stores.)
(Image : Lovena est debout sur le balcon et regarde la ville au loin.)

Lovena : Vous pouvez sans doute voir le panorama; on a le lever et le coucher du soleil.

(Image : Vue de la ville du balcon)

Lovena : Tout ça en un seul endroit où toute la famille peut vivre ensemble.

(Image : Wendel K. est assis devant une fenêtre avec une vue de la cour, entrevue.)

(Image : Wendel K.
Résident Coast Mental Health)

Wendel : Je vivrais encore dans la rue, comme je l’ai fait pendant 16 jours. Ce n’est pas très long, 16 jours, mais ça a été très difficile. Je suis devenu une nouvelle personne du jour au lendemain. La conception de ce lieu m’a beaucoup aidé à devenir une meilleure personne.

(Image : Karim J. est debout à côté d’un tableau d’affichage indiquant les services disponibles aux résidents.)
(Image : Karim J. est assis devant des tablettes de livres d’une bibliothèque, entrevue.)
(Image : Karim à l’œ uvre avec un casse-tête)

Karim : Un travail, un logement, des amis, comment dire… tout ce que j’ai ,

(Image : Karim J. est assis devant des tablettes de livres d’une bibliothèque, entrevue.)

Karim : … toute ma vie tourne autour de ce complexe.

(Image : Karim J. se promène à l’extérieur de l’immeuble, regardant vers le haut, vue de l’immeuble)
(Image : Karim J. est assis devant des tablettes de livres d’une bibliothèque, entrevue.)

Karim : En à peine quelques mois, j e suis passé d’un refuge pour sans-abri à ceci! (Il rit)

(Image : Prises de l’extérieur de l’immeuble; le soleil brille)

Howard : Le complexe immobilier de Richmond n’aurait pas vraiment pu voir le jour sans l’aide de nombreux paliers de gouvernement .

(Image : Howard Blank, assis à un pupitre, entrevue.)

Howard : Nous avons démarré grâce au soutien du gouvernement fédéral, de l’Aide au l ogement de la SCHL , et au provincial, du ministère de la Santé évidemment, ainsi que d’autres ministères. À l’échelle locale, la ville de Richmond nous a aidés, Malcolm Brodie , les extraordinaires membres du conseil municipal et le personnel de la ville de Richmond. Sans oublier, bien sûr, nos fantastiques partenaires , que ce soit S.U.C.C.E.S.S., Turning Points ou Coast Health.

(Image : Prises de l’extérieur de l’immeuble, le ciel reflète dans les fenêtres.)
(Image : Howard Blank, assis à un pupitre, entrevue.)

Howard : Tous ces excellents organismes se sont rassemblés pour bâtir ensemble le complexe résidentiel Storeys et, bien sûr, ce café.

(Image : Prises de l’extérieur de l’immeuble)

Howard : Cela résume bien l’histoire de Storeys. C’est un immeuble comme les autres à Richmond. Il pourrait être situé n’importe où parce qu’il y a de grands besoins dans toute la province.

(Image : Howard Blank, assis à un pupitre, entrevue.)

Howard: Et il s’agit d’un grand pas en avant pour aider à changer des vies en Colombie- Britannique.

(Musique)
(Logo Tikva, logo Turning Point, logo Pathways Clubhouse, logo Coast Mental Health, logo CMHC/SCHL logo, S.U.C.C.E.S.S.)
(Fin de la musique)
(Fondu en noir)

Partagez cette histoire

5 février 2018

Storeys rassemble des gens et des programmes divers

L’équipe derrière le complexe d’habitation Storeys, à Richmond (C.-B.), envisageait quelque chose de plus qu’un simple ensemble de logements. Leur objectif était de créer une communauté d’appartenance que tout le monde pourrait considérer comme un chez-soi.

Storeys est un immeuble de 129 logements locatifs abordables qui offre aussi des services de soutien aux résidents les plus vulnérables du secteur. C’est le résultat d’un partenariat unique entre 3 niveaux de gouvernement et 5 organismes sans but lucratif : Coast Mental Health, Pathways Clubhouse, S.U.C.C.E.S.S., Tikva Housing Society et Turning Point Housing Society.

« Ce complexe répond aux besoins de plusieurs organisations qui tendent la main à des personnes faisant face à un large éventail de problèmes », explique Howard Blank, un défenseur de longue date de Storeys. « Si quelqu’un est dans une mauvaise passe, ou a un problème de dépendance, ou de santé mentale ou physique, cette personne peut venir ici et payer un loyer juste et équitable en fonction de son revenu. Les gens sont vraiment reconnaissants. C’est une communauté formidable. »

Lovena G. habite à Storeys grâce à la Tikva Housing Society, un organisme à but non lucratif qui aide les familles et les adultes en âge de travailler à faible revenu d’origine juive à trouver un logement sûr et abordable. « J’ai un restaurant au centre-ville », explique-t-elle. « À première vue, ça semble très profitable. Mais on travaille fort, et même en travaillant 12 heures par jour, on ne gagne pas assez pour soutenir la famille. Ici, j’ai l’impression d’avoir gagné la loterie. C’est beau de l’extérieur et de l’intérieur. Toute ma famille habite ensemble ici. »

Adam N., un autre résident, est arrivé à Storeys grâce à S.U.C.C.E.S.S., un organisme qui offre aux personnes âgées des services et des programmes de sensibilisation. Son nouveau logement fait une grande différence dans sa vie quotidienne. « Je peux dépenser plus pour la nourriture, parce que mon loyer coûte moins cher », raconte-t-il. « Ce n’est pas un luxe, c’est une nécessité. »

Draigh C., un autre résident, habite à Storeys par l’entremise de la Turning Point Housing Society, et ça l’aide à combattre la dépendance. « Quand on commence notre rétablissement, tout peut être un déclencheur », explique Draigh. « Si on peut se tenir loin de ces déclencheurs, ça nous rend plus forts dans notre rétablissement, et c’est ce que Storeys nous offre. »

Ce projet a reçu du financement de la Société canadienne d’hypothèques et de logement et du gouvernement de la Colombie-Britannique, par l’entremise de l’Entente Canada–Colombie-Britannique concernant l’Investissement dans le logement abordable. Le projet a aussi été rendu possible par les contributions de la Ville de Richmond, de Coast Mental Health, de Pathways Clubhouse, de S.U.C.C.E.S.S., de la Tikva Housing Society et de la Turning Point Housing Society.

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.