Des solutions à l’itinérance chez les jeunes | Un chez-soi d’abord
Skip to main content

Partagez cette histoire

4 novembre 2019

Des solutions à l’itinérance chez les jeunes, Vers un avenir meilleur

Chaque jour, plus de 500 jeunes trouvent refuge dans les maisons d’hébergement de Toronto, notamment dans les logements de transition et les refuges d’urgence exploités par Eva’s Initiatives for Homeless Youth. En outre, des jeunes ont un parcours semblable à Montréal, à Vancouver et dans d’autres grands centres urbains au Canada.

Bien que des études à grande échelle sur l’itinérance aient été réalisées, elles ne permettent pas de comprendre les mouvements migratoires qui amènent les jeunes dans les maisons d’hébergement. À titre d’exemple, le parcours vers l’itinérance des jeunes de minorités raciales diffère de celui des jeunes qui quittent les milieux ruraux pour la ville.

Une meilleure compréhension de ces mouvements pourrait permettre d’améliorer les programmes et politiques.

Le projet de recherche Journeys In and Out est un laboratoire de solutions qui vise à combler ce manque de connaissances et à recommander des prototypes de solutions. Il est dirigé par Eva’s, qui offre aux jeunes de Toronto des solutions novatrices en matière de logement depuis 25 ans.

« Les jeunes peuvent devenir sans abri en raison d’un traumatisme, comme l’éclatement de la famille, de problèmes d’immigration, d’abus ou de problèmes liés à l’affirmation d’une identité LGBTQ+, fait observer Louise Smith, directrice par intérim d’Eva’s. Donc, en plus d’un logement, ils ont besoin de beaucoup de soutiens différents. Ce projet nous aidera à comprendre ce dont les jeunes ont besoin et à élaborer des solutions sur la manière dont ils peuvent se sortir plus rapidement de l’itinérance et parvenir à une plus grande stabilité. »

Kristen Szekszardi, membre de l’équipe du laboratoire de solutions, a déjà été cliente d’Eva’s. Elle est bien placée pour comprendre l’importance d’obtenir l’aide nécessaire au bon moment.

« Pour les jeunes, les soutiens concrets ne suffisent pas, affirme Kristen. Ils ont besoin d’un soutien affectif et de relations – et non de liens ponctuels. Ils veulent quelqu’un qui prendra le temps de savoir ce qui les aidera le plus, qu’il s’agisse de la réduction des dommages, de services de santé mentale ou d’une formation professionnelle. »

Kristen et d’autres membres de l’équipe collaborent avec la société de conception Deloitte Doblin afin de constituer une trousse pour orienter les entrevues en profondeur. Grâce aux services d’Eva’s, 25 jeunes à différentes étapes de leur parcours face à l’itinérance peuvent partager leur expérience. Ils feront état des diverses situations de logement qui les ont amenés dans une maison d’hébergement et des actes de résilience ou des solutions dont ils ont profité jusqu’à maintenant.

Ce que l’on apprend des jeunes est crucial pour être en mesure de recommander des solutions. Et ce que les jeunes apprennent sur eux-mêmes est tout aussi important. Selon Kay Dyson Tam, la gestionnaire du projet, « nous adoptons une approche novatrice qui encourage [les jeunes] à créer leur propre récit – à être eux-mêmes le superhéros de leur histoire en mettant en évidence leurs forces et leur résilience ».

Kristen est sensible à l’approche du laboratoire fondée sur la résilience. Elle reconnaît que son propre parcours d’itinérance lui a permis de développer des forces et des habiletés dont elle fait maintenant profiter le projet. « Je sais comment établir des liens avec les jeunes prenant part au laboratoire et je peux m’identifier à leur histoire, explique-t-elle. Tout comme eux, je me suis un jour rendue à cette maison d’hébergement, et maintenant je travaille au siège social d’Eva’s. J’ai un travail à faire, et ça donne un sens à ma vie. »

L’équipe du laboratoire collaborera avec des experts reconnus dans le domaine de l’itinérance chez les jeunes, notamment Vikki Reynolds et Kaitlin Schwan. Elle combinera les données des entrevues et les résultats d’études universitaires officielles afin de mieux comprendre les lacunes dans les services, les systèmes et les travaux de recherche.

Ainsi, l’équipe pourra dresser un portrait des tendances globales. Elle pourra ensuite faire des recommandations aux gouvernements et aux fournisseurs de services dont les politiques et programmes touchent les jeunes sans-abri à Toronto. Le but ultime sera d’appliquer les recommandations à Montréal, à Vancouver et dans d’autres grandes villes canadiennes.

Le projet Journeys In and Out a été financé par le laboratoire de solutions de la SCHL, une initiative de la Stratégie nationale sur le logement. Il est dirigé par Eva’s Initiatives for Homeless Youth, en collaboration avec le partenaire de recherche The Canadian Observatory on Homelessness de l’Université de York, avec les fournisseurs de services Pacific Community Resources Society à Vancouver et Dans la rue à Montréal. Deloitte Doblin a été un partenaire clé tout au long du projet. L’entreprise a joué un rôle essentiel dans la préparation de la proposition de projet, dans la conception conjointe des séances et dans la création de la trousse d’entrevue. Elle a aussi joué un rôle fondamental dans la réalisation de l’analyse et la visualisation des données et la création de la feuille de route prototype pour adapter les solutions.

 Voyez les mesures que nous prenons en réponse à la COVID-19.